Enseignement du Dr Liu Dong sur les ondes cérébrales 

émises pendant la pratique du Qi Gong

Exposé par la stagiaire Rachel Vieira Gomes

 

La pratique du Qi Gong
Un bien-être mesuré scientifiquement par la fréquence des
ondes cérébrales

                                                                                                      Photo : François Winkel, AVE asbl

Comme l’année dernière, ils étaient nombreux le weekend du 2 au 3 août à Strassen à participer au stage de Qi Gong, animé par le Dr Liu Dong, une personnalité de renommée internationale de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Pour cette nouvelle édition d’été, organisée par Relaxation 2000, par l’école de Qi Gong AVE et soutenue par la Fédération luxembourgeoise de Qi Gong, il s’agissait de pratiquer la « Grande Ourse », une méthode taoiste pour travailler entre autres l’énergie originelle des reins. Complétées par des explications théoriques et une méditation, les deux journées ont été riches en enseignements pour le public d’initiés mais aussi de novices qui ont souhaité découvrir cette discipline de la médecine traditionnelle chinoise. Mais qu’est-ce que le Qi Gong et quels en sont les bienfaits ?

Le Qi Gong est une pratique faisant partie de la médecine traditionnelle chinoise. Elle est fondée sur la maîtrise de l’énergie vitale (Qi, prononcé chi = énergie, souffle) associant mouvements lents, attention à la respiration et contrôle de la pensée (Gong = travail). Si dans les pratiques sportives courantes, telles que le jogging ou le fitness, il est possible de s’adonner en simultané à d’autres distractions, comme écouter de la musique, dans le Qi Gong, l’intériorisation et le silence sont indispensables. Une fois les cinq sens et le mental déconnectés, l’« attention » est portée sur les parties du corps en mouvement et sur les organes travaillés.

Le travail de l’énergie

Selon la médecine traditionnelle chinoise, on distingue cinq niveaux d’énergie dans le corps humain. Deux de ces cinq énergies peuvent être travaillées par les exercices de Qi Gong : l’énergie dite originelle ou primitive, stockée dans les reins, et l’énergie défensive, située dans les poumons. Les autres énergies dépendent plus spécifiquement de notre hygiène de vie, c’est-à-dire de l’air que nous respirons et de la qualité de la nourriture que nous ingérons, ou sont dépendantes de l’énergie originelle et de l’énergie défensive.

L’énergie originelle est innée. C’est l’énergie qui nous est donnée de nos parents lors de la conception. C’est en quelque sorte notre capital santé au moment de notre venue au monde. Cependant, bien qu’héritée des parents, elle peut être travaillée pour être « réveillée », explique Liu Dong. Les 10 enchaînements du « Qi Gong de la Grande Ourse » visent précisément à travailler les reins afin de pallier à une éventuelle faiblesse de la génétique et ainsi prévenir les maux et maladies héréditaires.

L’énergie défensive, elle, est acquise. Elle résulte d’un mélange d’énergies, incluant l’énergie originelle, et monte dans les poumons pour assurer sa fonction de défense de l’organisme. Le système immunitaire peut donc être renforcé par la pratique d’exercices de Qi Gong.

Des ressources insoupçonnées puisées dans l’état méditatif

Le « Qi », cette énergie invisible, si spécifique aux pratiques thérapeutiques asiatiques, a été souvent remise en question par les scientifiques. Pourtant de récents travaux menés aux Etats –Unis permettent de mesurer scientifiquement l’énergie par l’analyse des ondes vibratoires émises par le cerveau. « Nous avons aujourd’hui la preuve que lors de la pratique du Qi Gong et de la méditation, ou de toute autre discipline qui vise le calme intérieur et la déconnexion du mental, la fréquence des ondes vibratoires diminue. », affirme le docteur. « Plus cette fréquence diminue, plus notre organisme libère des hormones dans le sang bénéfiques pour notre bien-être. C’est véritablement la chimie du corps humain qui est influencée. »

Dans notre état de conscience quotidienne, notre cerveau émet des ondes « bêta » mesurées au rythme de 12 à 40 hertz (Hz). C’est le cycle de plein éveil, celui de la réflexion, de l’analyse et de la pensée logique. Notre cerveau fonctionne alors à plein régime. Cet état « cérébral » est indispensable pour vivre en société, réaliser un travail intellectuel, etc. Mais être constamment dans l’agitation du mental avec l’impossibilité de s’arrêter de réfléchir, de planifier et de s’inquiéter, favorise la production de toxines dans le corps. C’est le cas des personnes souffrant d’insomnies qui peinent à déconnecter leur cerveau et à se laisser aller dans les bras de Morphée.

Nous pouvons avoir recours à un outil, tel que le Qi Gong, pour nous aider à baisser notre vigilance et faire ralentir nos ondes cérébrales à un rythme qui oscille entre 7,5 et 12 Hz, correspondant au niveau « alpha ». Il s’agit d’un état de lâcher prise, où le cerveau est au repos, idéal pour se régénérer. Nous sommes alors davantage connectés à notre ressenti corporel. Lorsque le cerveau émet des ondes d’une fréquence de 10 Hz, l’organisme libère de la sérotonine. « Avec de l’entraînement, nous avons le pouvoir de produire nos antidépresseurs naturels ! », précise Dong. Nous nous sentons donc plus joyeux et avons une vision globale de la vie plus positive. « A ce stade, le corps se purifie en évacuant les toxines, responsables de beaucoup de maladies. »

Les bienfaits ne s’arrêtent pas là : « Le stade alpha est la porte d’entrée vers l’expérience des autres niveaux de conscience plus profonds », poursuit Dong. En effet, lorsque nous sommes à même d’atteindre le niveau de conscience « alpha », dès que nous en ressentons le besoin (par exemple dans un moment d’anxiété ou de mélancolie), nous pouvons nous entraîner à ralentir encore notre activité cérébrale pour arriver au rythme « thêta », dans une zone qui varie entre 3,5 et 7,5 Hz. Nous en faisons régulièrement l’expérience de manière furtive puisque c’est la phase de somnolence qui précède le sommeil profond. C’est aussi l’état hypnotique, utilisé par certains thérapeutes. Le travail avec le patient sur toutes sortes de problématiques est particulièrement efficace dans cette zone de connexion avec le subconscient.  

Quand le cerveau émet des ondes vibratoires de l’ordre de 5 Hz, nous avons la possibilité de transformer la maladie en changeant la structure de nos cellules. « Une régularisation naturelle se produit entre le sodium et le potassium présents dans la cellule. Nous avons un véritable pouvoir d’autoguérison. », s’exclame Dong.

L’un des objectifs du Qi Gong et de la méditation est d’avoir accès plus facilement à des ressources intérieures pour gérer les situations difficiles. « Pour faire face aux défis que la vie nous présente, l’état méditatif, atteint par la pratique de techniques comme le Qi Gong, nous confère un esprit clair et serein. », conclut le docteur. Le mental étant « en veilleuse », il interfère moins dans nos prises de décisions. Nos choix, guidés par l’intuition, seront alors plus justes.

 

Rachel Vieira Gomes
https://www.facebook.com/coeur.etre

 

 

Page d'accueil (cliquez ici)